Actualités du CDI

Rencontre avec Charlotte Bousquet

Par admin georgesbraque-rouen, publié le mardi 18 novembre 2014 12:16 - Mis à jour le vendredi 22 janvier 2016 11:02

Mardi 11 mars dernier, la classe de 3ème C, encadrée par Mme Martinon, professeur de français et Mme Tariot, professeur documentaliste a eu la chance de pouvoir rencontrer un écrivain, Charlotte Bousquet, jeune et talentueuse auteure de littérature jeunesse (mais aussi de romans pour adultes). Celle-ci a répondu avec beaucoup de gentillesse à toutes les questions posées sur son travail d’écrivain, ses sources d’inspiration, ses personnages, les thèmes qu’elle aborde dans ses œuvres. Voici quelques extraits de cet entretien.


- Depuis quand aimez-vous la littérature ?
J’ai toujours aimé lire, depuis que je sais lire, en fait. Adolescente, j’aimais lire des romans classiques mais aussi des romans de littérature jeunesse comme la série « Fantômette » ou « Le livre dont vous êtes le héros ».

- Quel est votre auteur préféré ?
Ça dépend des jours ! J’aime beaucoup Edmond Rostand par exemple, l’auteur de Cyrano de Bergerac.

- Quels genres de livres lisez-vous ?
J’aime lire des romans historiques, des romans d’horreur, des essais, de la poésie et depuis peu des bandes dessinées et des romans graphiques. Je lis peu de romans policiers même si j’en écris.

- Hormis l’écriture, avez-vous une passion dans la vie ?
Oui, les chevaux. J’en ai trois au Maroc.

- Avez-vous beaucoup voyagé ?
Oui, avec mes parents quand j’étais plus jeune et encore aujourd’hui. Je vais régulièrement au Maroc.

- Depuis quand écrivez-vous ?
J’aime écrire des histoires depuis l’âge de 9-10 ans. De façon professionnelle, j’écris depuis 1999.

- Pourquoi avoir choisi de devenir écrivain ?
J’ai fait des études et une thèse de philosophie. Je me destinais donc logiquement à faire de la recherche universitaire. J’ai commencé à écrire sérieusement pendant que je rédigeais ma thèse, et je me suis rendu compte que c’était une respiration pour moi. Quand j’ai commencé à être publiée, à toucher de l’argent, j’ai laissé tomber l’enseignement (je donnais des cours de philosophie et culture générale en BTS) pour me consacrer à l’écriture. J’ai aussi failli devenir guide équestre au Maroc !

- Avez-vous un maître en écriture ?
Non, pas particulièrement, mais mon écriture est influencée par les séries télévisées américaines.

- Avez-vous un autre métier ?
Non, je parviens à vivre de mon écriture.

- Pourquoi avez-vous choisi d’écrire des romans ?
J’écris des romans, parce que j’aime raconter des histoires. Mais je me suis lancée depuis quelque temps dans la BD. Dans les romans, en particulier quand il s’agit d’univers imaginaires, on peut inventer un monde, avec sa culture, sa poésie, son théâtre...

- Avez-vous eu du mal à vous faire éditer ? Comment avez-vous choisi votre maison d’édition ?
L’édition de mon premier roman a été difficile. Il a d’abord été publié au Maroc. Puis, j’ai écrit un roman fantasy pour lequel la réponse de l’éditeur a été très rapide. Aujourd’hui, ce sont plutôt les éditeurs qui viennent me chercher ! Je travaille notamment avec des maisons comme Rageot, Gulf stream, Galapagos.

- Avez-vous connu des « galères » dans votre métier d’écrivain ?
Oui ! Il est arrivé parfois qu’on « oublie » de me payer mes droits d’auteur. J’ai aussi subi du harcèlement de la part d’un directeur de collection…

- Écrivez-vous autre chose que de la littérature de jeunesse ?
Oui, j’écris aussi de la littérature pour adulte et de la bande dessinée.

- Combien de temps mettez-vous pour écrire un livre ?
C’est variable, pour le roman Proie idéale par exemple, j’ai mis seulement 2 mois, à raison de 10 heures de travail par jour. Pour Le dernier ours, cela a été plus long en raison du travail de documentation que j’ai dû mener.

- Comment écrivez-vous ?
Je travaille le plus souvent chez moi, en musique, parfois dans le train. Je commence le matin vers 11 heures et j’écris jusqu’au soir, avec une pause le midi pour déjeuner.

- D’où vient votre inspiration ? Vous inspirez-vous de votre vie pour écrire ?
Je m’inspire de l’actualité, par exemple un documentaire sur les réseaux de prostitution pour Proie idéale. Plus le temps passe, plus je suis capable de m’inspirer de ma propre vie, ce qui n’était pas le cas auparavant.

- Pourquoi avez-vous choisi de traiter de sujets de société (le réchauffement climatique, la prostitution, les Roms ou l’homosexualité) ?
Je crois que ce sont des sujets importants et complexes. Les traiter à travers des romans permet de nourrir la réflexion sur ces questions.

- Tous vos livres se terminent-ils toujours mal ?
Non, j’essaie de me soigner !

- Comment choisissez-vous les titres de vos livres ?
En général avec l’éditeur, sauf pour Rouge Tagada. Au départ, Le dernier ours devait s’appeler Anuri. J’interviens davantage sur le choix des illustrations, mais là encore, c’est souvent l’éditeur qui décide.

- Comment choisissez-vous le nom de vos personnages ?
Pour Proie idéale, j’ai choisi des prénoms que j’aimais bien, pour Rouge Tagada, je voulais un prénom neutre, ni féminin, ni masculin. Lorsque j’écris des romans historiques, j’essaie de choisir des prénoms en adéquation avec l’époque où se déroule l’histoire.

- Avez-vous déjà reçu un prix littéraire ?
Oui, en 2011, le prix « Imaginales des collégiens » pour Nuit tatouée.

- Pensez-vous écrire une suite à certains de vos textes ?
Au départ, Proie idéale devait avoir une suite, mais l’idée a été abandonnée. En revanche, il y aura une suite à Rouge Tagada, co-écrit avec Stéphanie Rubini. Chaque volume sera centré sur un autre personnage de cette classe de 4ème. Nous allons les retrouver un peu plus tard, au lycée…

- Êtes-vous amie avec l’illustratrice de Rouge Tagada ?
Oui, nous nous sommes rencontrées pour l’écriture de Précieuses, pas ridicules ! (un livre documentaire sur les femmes, leur histoire, leurs droits, leurs œuvres).

- À qui dédiez-vous vos livres ?
À mon mari, à mes amis, à une élève rencontrée au Maroc où j’ai animé un atelier d’écriture. Et à mes chevaux aussi !

Les romans de Charlotte Bousquet sont bien sûr tous disponibles au CDI et désormais dédicacés !

Pièces jointes
Aucune pièce jointe